La Monnaie TERRE

Une nouvelle loi de création monétaire.

La monnaie TERRE.

De l'argent dette à l'argent Don.

 

Toutes tentatives de créer une nouvelle démocratie libre seront vouées à l'échec si elles restent enchainées à la formule de création monétaire appliquée depuis 1695 par le monde anglo-saxon.

Pour ceux qui ne savent pas comment est créé l'argent, et vous êtes nombreux à ếtre maintenus dans l'ignorance, ce qui n'est pas anodin, il faut savoir que l'argent est créé sur la dette puis détruite par le remboursement de la dette.

 

 

 

A) LE PARADIGME ACTUEL DE L'ARGENT DETTE

 

Brève histoire

 

«Le commerce de l’argent a mis du temps à se dégager du commerce des biens.Ce temps de l’émergence de la monnaie et des banques est aussi celui des catégories sociales qui les contrôlent». (Source : Bouhours, Philippe (1993). La Monnaie finance : institutions et mécanismes. Paris, Edition Marketing, p. 10.)


 

La banque centrale

  • D'un point de vue comptable, les billets émis par la banque centrale ne sont rien d'autre qu'une reconnaissance de dette au porteur, inscrits à son passif quand elle les met en circulation. Chaque billet valant par définition son montant nominal, la banque centrale peut émettre autant de billets qu'elle veut sans déséquilibrer son bilan ; en revanche cela ne sera pas sans incidence sur la valeur de la monnaie par rapport aux autres biens.
  • La plupart des États ont fini par interdire la création de monnaie par la banque centrale pour satisfaire les besoins publics : cette disposition est par exemple inscrite dans la Constitution allemande ou les traités de l'Union européenne (article 104 du traité de Maastricht repris par l'article 123 du traité de Lisbonne). Les déficits publics doivent donc être financés par emprunts - très majoritairement obligataires - auprès d'organismes privés, aux taux d'intérêt proposés par le marché.
  • La "planche à billets" n'a pas pour autant disparu. Dans le but d'éviter une aggravation de la crise des subprimes de 2007-2008, elle a massivement fonctionné aux États-Unis, sous la forme d'une politique d'assouplissement quantitatif. En Europe, pour faire face à la crise de l'endettement de certains pays de l'Union monétaire européenne, la Banque centrale européenne (BCE) a elle-même dérogé à cette interdiction par décision du 10 mai 2010. Dans ces circonstances, afin de justifier ces dérogations, le terme "méthode non conventionnelle" a été utilisé. En réalité la "planche à billets" a toujours été utilisée dans la gestion monétaire ou économique des pays. La doctrine keynésienne considère qu'elle est un instrument de relance économique. (Extrait de wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Creation_monetaire)

Définition de la création monétaire.

  • "Un acte de création monétaire consiste à transformer des créances sans pouvoir libératoire (titres de crédit, obligations, actions) en moyens de paiement. C'est un acte qui met en relation un agent non financier (particulier, entreprise, collectivité publique) et une institution disposant d'un pouvoir monétaire, c'est-à-dire émettant une créance sur elle-même qui sera acceptée comme moyen de paiement." Rappelons que "la monnaie n'est finalement qu'une dette de banque qui circule, un élément du passif bancaire accepté comme moyen de paiement". (Extrait de wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Creation_monetaire)

 

La city, les seigneurs de guerre de la finance.

 

A Londres se trouve, comme à Rome avec le Valican, un Etat séparé, indépendant, la "CITY". La "CITY", qualifiée comme le "mile carré" le plus riche du monde, occupe au coeur de Londres 2,7 kilomètres carrés. Elle passe pour avoir 4.600 habitants et 500.000 emplois. Le gouvernement de la "CITY" c'est la "COURONNE", composée de 13 hommes régis par le roi de la "CITY", le "LORD MAYOR". C'est là que se trouvent les plus riches et les plus puissantes institutions économiques d'Angleterre, comme la Banque d'Angleterre contrôlée par Rothshild.

 

La "City" ne fait pas partie de l'Angleterre. Elle n'est ni sous le contrôle de la monarchie ni sous celui du Parlement britannique. La "City" est le véritable gouvernement de l'Angleterre puisque la reine comme le Premier ministre relèvent du "Lord Mayor" et lui obéissent : le Premier ministre et le cabinet font croire qu'ils dirigent le jeu alors qu'ils ne sont, en réalité, que les pures marionettes de la "City".

 

Quand la REINE rend visite au LORD MAYOR, celui-ci vient l'accueillir au "Temple Bar", porte symbolique de la ville. Elle s'incline et demande la permission d'entrer dans son Etat privé souverain. Il lui accorde l'entrée en lui présentant l'épée de l'Etat. Lors de telles visites d'Etat, LORD MAYOR est d'autant plus rayonnant dans sa robe d'apparat que la tenue "de service" de la suite royale est modeste. Lorsqu'il accompagne ensuite la reine à travers la ville, celle-ci marche à deux pas derrière lui.
 
C'est à William Paterson qui était un "agent de la City" que nous devons la fondation de la "Banque d'Angleterre", qui a obtenu en 1694 le droit à la création monétaire. Dès cette date elle pu émettre des titres de paiemant et prêter à l'état avec intérêt.

 

Le roi Guillaume III enrôla très vite l'Angleterre dans des guerres coûteuses contre la France catholique, ce qui causa de fortes dettes à l'Angleterre.
La dette de l'État grandissant très vite, il ne resta plus au gouvernement d'autre possibilité que d'acquiescer aux conditions exigées par les banquiers.

Les conditions de prêt étaient les suivantes:

    1- les noms des prêteurs restaient secrets, ils avaient la garantie de pouvoir fonder une "Banque d'Angleterre" (baunque centrale);

    2- on garantissait aux directeurs de cette banque de fixer la mesure de l'or par rapport au papier-monaie;

    3- il leur était permis de prêter 10 livres de papiers-monnaie par livre d'or déposée;

    4- il leur était permis de consolider les dettes nationales et d'en assurer le montant par des impôts directs sur le peuple.
 
    C'est ainsi que fut érigée la première BANQUE CENTRALE privée, la "BANQUE D'ANGLETERRE".

Ce genre de transactions permettait à la banque de faire une plus-value de 50% en investissant 5%. Et c'était au peuple anglais de payer. Les prêteurs ne tenaient pas à ce que les prêts soient remboursés, car l'endettement leur permettait d'avoir une influence sur le déroulement de la politique. La dette nationale de l'Angleterre augmenta de 1 250 000 livres en 1694 à 16 000 000 livres en 1698. (Extrait du Livre jaunes n°5 http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/Lectures/LivreJauneNo5.html)

 

 

De la formule usurière de création monétaire.

La monnaie comme but en soi.

La formule est : 

  • M=P/rP (ou M est la masse monétaire, P le prêt et rP le remboursement du prêt)

Ce n'est pas tant la formule qui pose problème mais ceux qui en détiennent la propriété, l'usage et le profit, c'est à dire, les banques et les banquiers usuriés. De plus, le plus gros problème est l'intérêt sur le prêt, car il n'est pas compris dans la création monétaire et donc il ne pourra jamais être remboursé. Comprenez-vous cela, l'argent pour rembourser un prêt n'existe pas et n'existera jamais. 

  • La masse monétaire non détruite est représentée par la formule suivante :

    Mnd=P*i
    (ou "Mnd" est la part de la masse monétaire non détruite éternisée," P" le prêt et "i" est l'intérêt)

Suivant cette formule, nous constatons qu'une part de la masse monétaire créée par le prêt initial est confisquée par l'intérêt de l'emprunt et devient la propriété des banques. 

  • D'ou la masse monétaire restante en circulation sera inférieure à la masse monétaire créee par le prêt :

    Mc= M-Mnd (ou Mc est la masse monétaire en circulation)

Cette formue démontre qu'il n'y a jamais assez d'argent en circulation pour rembourser un prêt.

 

Comprenez vous en les conséquences et le but? D'un point de vue philosophique, si la création monétaire est soumise à la loi de la transformation suivant la loi du cycle: naitre, crôitre et disparaitre, donc de vie et de mort comparable à la vie humaine, l'intérêt est donc une extraction de la masse monétaire destinée à être détruite et dont une partie va être stockée dans des coffres privés. L'intérêt n'est que la tentative d'éternisation de la monnaie au service d'une oligarchie. Nous parlons bien ici du principe du vampirisme qui pour le prix de son éternité doit sucer le sang des vivants mortels et se cacher de la lumière.

Ce fait, si longtemps caché vous est dévoilé, à vous d'y réfléchir!

 

Nous sommes donc totalement opposés à la privatisation de l'argent et à l'usure, car cela annonce mathématiquement l'effondrement du système monétaire et donc économique au risque qu'une dictature mondiale nous soit proposée comme ultime solution, ce qui est bien l'objectif final de la formule de création monétaire.

 

 

B) LE NOUVEAU PARADIGME DE L'ARGENT DON

 

Qu'est-ce que la monnaie?

Il n'existe pas de définition de la monnaie autres que quantitative ou fonctionnelle. Aucun économiste n'a donner une définition de la nature de la monnaie à ce jour.

 

Définition de la monnaie.

Et pourtant nous avons découvert que la monnaie à trois aspects: le premier est d'ordre matériel, le second est de l'énergie et le troisième de l'information. Mais des trois, on peut dire que c'est surtout de l'information circulant entre deux systèmes à une certaine vitesse transportant une certaine quantité de données. Le tout étant un symbole représentatif d'une certaine valeur d'échange relative car il n'existe pas de valeur absolue à la monnaie.

 

Objectif de la monnaie.

La monnaie ne peut être un but en soi, mais un moyen obeissant à des objectifs propre à une société.

 

Valeur sociétale.

La valeur sociétale est une unité de valeur subjective définie par la charte d'une monnaie telle qu'elle à été définie par une société dans le cadre de sa constitution.

 

Formule de création monnétaire.

  • Vs = M*V2*C (ou "Vs" est la valeur sociétale, M est la masse monétaire, "v" la vitesse de circulation et "C" la conscience)
    ou
  • M=VS/V2/C
    Nous pouvons en déduire que plus la conscience d'une société est élevée et  plus la monnaie circule vite et moins la masse monétaire est grande. 

Cadre juridique de la monnaie.

 

- La monnaie doit être la propriété des citoyens (je n'ai pas dit de l'état)

- La création monétaire doit être autorisée à chaque citoyen, à chaque entreprise

- La banque centrale sera une coopérative dont chaque citoyen sera actionnaire.

- La banque centrale est relié à des réseaux sattelites d'agences gérées par des agoras.

 

 

Notes

 

  1. Le model bancaire anglais : http://ress.revues.org/231?lang=en#ftn18
  2. Le modèle écossais : http://ress.revues.org/231?lang=en#ftn21
  3. Le modèle américain : http://ress.revues.org/231?lang=en#ftn30
  4. Le prêt à intérêt : la doctrine de l'Église et les pratiques nouvelles. Origines du capitalisme : http://classiques.uqac.ca/classiques/see_henri/origines_du_capitalisme_moderne/see_origine_capitalisme.doc P42
  5. Histoire de la banque d'Angleterre : http://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_d%27Angleterre#Histoire_de_la_Banque_d.27Angleterre
  6. Banque, crédit et monnaie en Angleterre de 1640 à la fin du XVIIe siècle. : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/xvii_0294-1953_1980_act_11_1_2169
  7. Conspiration : http://fuckusa.populus.org/rub/20