LES VOYAGES TEMPORELS

Publié le par quanterre


A-t-on perdu la moitié de l'univers?


A première vue, le Cinquième Monde parle de coïncidences, de migration de l'âme et de futur apocalyptique... ce n'est qu'en s'immergeant dans l'histoire, page après page, que l'on comprend le lien entre les deux époques où se déroule le roman. Cécile Daurey est la réincarnation de Saviglia De Franchi, Alexandre Cinarca celle de Giudice Della Rocca. Mais entre 2009 et 1250 existe une autre connexion, un autre pont. Et, lorsque les deux époques se rencontrent... il n'est plus seulement question de réincarnation, mais également de voyage temporel !

 


Le voyage dans le temps est un des grands thèmes de la science-fiction, au point d’être considéré comme un genre à part entière. L’idée d’aller revivre le passé ou de découvrir à l’avance le futur fait partie des grands rêves humains. Les Celtes, par exemple, croyaient en la possibilité de voyager dans le temps et dans un monde parallèle, à partir des tombes, des tertres ou de certains lieux. Mais la problématique du voyage dans le temps est assez liée à celle de l’oracle, qui existait déjà chez les Grecs et pouvait entraîner les mêmes paradoxes. Les physiciens et les philosophes, tout autant que les auteurs de science-fiction, s’intéressent à ce phénomène, aux effets théoriques des voyages à la vitesse de la lumière et aux paradoxes logiques qui naîtraient d’un voyage dans le temps...

 

 

DEBATS SUR LE TEMPS: DE NEWTON A EINSTEIN

Tout commence avec Einstein. Avant lui tout allait pour le mieux, Newton (1687) ayant affirmé que le temps était indépendant de l'espace, et qu'il s'étirait à l'infini d'un coté comme de l'autre. Malheureusement, au fil des années, quelques philosophes commencèrent à se demander pourquoi l'univers aurait attendu un temps infini avant de se créer. D'autres, plus axés sur les observations empiriques, se demandaient pourquoi, au bout d'un temps infini, l'univers n'avait pas encore atteint un équilibre thermique tel que tout ait la même température. Les plus impertinents s'interrogèrent sur ce qu'avait bien pu faire Dieu pendant tout ce temps avant de créer la terre!

Au début du vingtième siècle, Einstein apporta, grâce à ces théories de la relativité, des réponses qui contentent aujourd'hui la majorité des physiciens et scientifiques.

 

Piqure de rappel: la théorie de la relativité restreinte.

Première étape, 1905: Einstein publie sa théorie de la relativité restreinte. De cette théorie on peut retenir quelques petites choses importantes:

 

  • Rien ne peut se déplacer plus vite que la lumière, seule la lumière ou d'autres phénomènes sans masse intrinsèque peuvent l'atteindre.
  • Il n'y a pas de temps absolu (ce qui signifie que des horloges identiques aux mains d'observateurs différents ne devraient pas forcement indiquer la même heure).Quelle que soit la vitesse d'un observateur, la lumière, à la différence d'une avalanche par exemple, le coursera toujours à la même vitesse, soit approximativement 300000km/s. La conséquence directe est que: plus un objet se déplace vite, plus le temps s'écoule lentement pour lui. Ce phénomène n'est pas subjectif mais bien réel et peut être vérifié par des expériences très simples.

Albert Einstein a publié la théorie de la relativité restreinte en 1905 et une théorie de la gravité dite relativité générale en 1915. Il a largement contribué au développement de la mécanique quantique et de la cosmologie. Il a reçu le prix Nobel de physique en 1921 pour son explication de l’effet photoélectrique. Son travail est notamment connu pour l’équation E=mc², qui établit une équivalence entre la matière et l'énergie d'un système.

 

En 1916, Einstein   compléta ses théories en publiant cette fois la théorie de la relativité générale, théorie phare de la science du XXe siècle, qui nous apprend principalement que l'espace-temps n'est pas un plan: il est plus ou moins courbé selon la distribution de masse.Cela signifie plus simplement que plus un corps est dense plus il courbe l'espace-temps.

  • Courbure = matière                   
La courbe attire ainsi les objets proche sur le corps massif (c'est ainsi que s'exerce la force de gravitation ).

Tout cela pour en venir au fait que certaines équations de la théorie prévoient que des objets pourraient être assez lourds et denses pour pouvoir percer l'espace-temps. Ces objets possèdent des propriétés étonnantes. Ce sont les fameux "trous noirs", astres hypothétiques capables d'engloutir de la matière .Ces objets sont aussi appelés par les mathématiciens des "singularités".

 

 

LES TROUS NOIRS

Par définition, c'est une région de l'espace dotée d'un champ gravitationnel si fort qu'aucun corps ni aucun rayonnement, y compris la lumière, ne peut s'échapper de son voisinage. Ils sont considérés comme le stade ultime d'une étoile massive s'effondrant sur elle même sous l'action de la gravité.

L'existence des trous noirs a été prédite en 1916 par l'astronome allemand Karl Schwarzschild, sur la base de la théorie de la relativité générale.

 

La notion classique d'espace-temps n'a plus de signification à proximité d'un trou noir. Un corps ou un rayonnement qui y pénètre ne peut théoriquement plus en sortir en raison de la force gravitationnelle considérable du trou noir. Ainsi, un trou noir déforme la structure de l'espace-temps dans son voisinage. On peut comparer cette déformation de l'espace à celle que produirait un tourbillon, dont le centre serait le trou noir. Aux abords d'un trou noir, le temps est ralenti d'une façon considérable! En se maintenant 1 an à quelques centimètres au dessus de l'horizon (point de non retour) d'un trou noir, un astronaute revenant sur terre se rendrait compte que 10000 ans se sont écoulés. Dans ce cas, le trou noir aurait été utilisé comme une machine à voyager dans un futur lointain.

 

Les trous noirs n'ont encore jamais été observés pour la simple et bonne raison que leur densité produit une telle force d'attraction qu'elle empêche la lumière elle même de s'échapper. On peut cependant dire qu'un certains nombres de phénomènes cosmiques (fortes émissions de rayons X) nous laissent penser que qu'ils existent bel et bien (Il y aurait même certainement un au centre de notre galaxie).

 

Anecdote: En 1908, une énorme explosion se produisit dans la région de Tunguska en Sibérie centrale. Tout ce qui se situait dans un rayon de 30km, dont un troupeau de 500 rennes, fut détruit. Mais cette explosion n'a laissé ni cratère, ni fragments excluant l'hypothèse d'un écrasement de météorite. Une hypothèse des plus audacieuse suppose qu'un mini-trou noir (de quelques millimètres seulement!) aurait heurté la terre pour la traverser complètement et ressortir dans l'atlantique nord provoquant un énorme soulèvement d'eau dont personne n'aurait été témoin...

 

LES TROUS DE VER

Après avoir théorisé l'existence des trous noirs, Einsteinet un autre physicien Nathan Rosen suggérèrent que le puits gravitationnel de certains d'entre eux puisse s'ouvrir sur un autre puits symétrique appelé par opposition "fontaine blanche".
Ce passage est nommé "trou de ver" ou aussi "Pont Einstein-Rosen-Podolski" (communément appelé "Pont Einstein-Rosen") Toute matière tombant dans ce dernier serait expulsée en un autre point de l'espace... et du temps, par la "fontaine de lumière", jaillissement gravitationnel très énergétique.

 

    On voit tout de suite l'intérêt de tels objets en matière de déplacement dans l'espace. Etant donnée que les deux extrémités du trou de ver peuvent être deux points très éloignés dans l'univers, passer à travers le trou de ver permettrait de voyager plus vite que la lumière! En effet, si l'on représente les deux points antipodiques sur la surface d'une pomme, la lumière suivra une trajectoire géodésique (distance la plus courte entre deux points dans un espace non-euclidien, c'est à dire un espaces courbe donc comme notre espace-temps) qui suit la surface de la pomme. En creusant un trou (de ver!) on parcours un chemin moins long que celui qu'a empruntée la lumière et le tour et joué. Sur des distances de l'ordre de grandeur de notre univers, le gain peut apparaître encore plus évident.


LE VOYAGE DANS LE TEMPS

Il existe d'autres moyens d'utiliser les trous de ver, mais cette fois le voyage et d'une autre nature... En manipulant les équations de la relativité , certains scientifiques comme Kurt Godel ont réussi à montrer que les trou de ver pouvaient engendrer des boucles temporelles.


Si l'entrée d'un "trou de ver" (le trou noir) est immobile par rapport à nous et si la sortie (la "fontaine de lumière") se déplace a une vitesse proche de celle de la lumière le phénomène de dilatation du temps prévus par Einstein   aura une conséquence étonnante: le temps s'écoulera différemment à l'entrée et à la sortie du tunnel. Si on suppose que la fontaine blanche se déplace à 99,99% de la vitesse de la lumière, lorsque 48 heures auront passé à l'entrée, il ne se sera écoulé que 28 minutes à la sortie. Un voyageur pénétrant dans le tunnel 48 heures après sa création fera alors un voyage dans le tempsde 47h32mn! Ainsi une maitrise de la construction des trous de ver permettrait de choisir le moment de sortie dans le passé.

Avant d'entrer dans le détail des paradoxes mis en lumière par le voyage dans le temps, il est intéressant de se pencher sur une question redoutable:


Pourquoi nos descendants maîtrisant certainement cette technologie ne nous rendent ils pas visite?


La réponse est plus simple qu'il n'y parait.
La boucle temporelle doit être crée avant de pouvoir être utilisée. Si un génial inventeur crée un trou de ver le 1 janvier 2000, l'entrée et la sortie commenceront leur existence à ce moment la. L'entrée évoluera normalement et la sortie sera figée dans le temps pour peu qu'on lui communique la vitesse de la lumière. l'inventeur ne pourra donc jamais revenir avant la date de création.

Vient maintenant le moment de trouver une réponse aux deux paradoxes très célèbres énoncés ci-dessous qui interdisent logiquement toutes possibilités de voyage dans le temps.

 

Premier paradoxe: "Paradoxe du grand-père"

C'est à ce ce paradoxe que Miranda fait allusion au chapitre 5.

Il serait fort possible que notre inventeur voit débarquer son petit fils quelques secondes après avoir crée le tunnel. Ce dernier infâme psychopathe tue notre inventeur, donc son grand-père qui n'a pas encore de fils. Par cet acte notre psychopathe s'empêche donc de naître, des lors comment pourrait il tuer son aïeul!


Deuxième paradoxe: "Paradoxe de l'écrivain"


Si à la place de tuer son grand-père notre arrivant du futur donne à notre inventeur un livre qui le fera devenir célèbre. L'homme n'ayant jamais rien écrit deviendra donc célèbre simplement en recopiant ce livre. Il n'aura donc jamais été crée mais juste recopié!

Conclusion: Accepter la possibilité de tels voyage revient à nier les principes de causalités et de cohérence logique. En quelques mots ou bien la physique élucide ces paradoxes ou bien il nous faut renoncer aux voyages dans le passé.

Pour répondre à ces paradoxes de nombreux scientifiques utilisant les propriétés propres à la mécanique quantique admettent l'existence d'univers parallèles. Il est alors autorisé de penser que le voyage dans le temps se fasse dans un monde parallèle. On peut dès lors résoudre les paradoxes. Le petit fils remontant le temps se retrouve face a son grand père qui vit dans un univers qui n'est pas le sien. Il se prive donc de naître dans cette univers mais pas dans le sien. De même pour le livre, il aura été copié dans un univers et crée dans l'autre, l'acte de création aura au moins eu lieu dans un univers.

L'hypothèse du voyage dans le temps pourrait être admise à ce jour en admettant l'existence d'une multiplicité d'univers.


 

LES PROBLEMES FONDAMENTAUX

En théorie, à travers les équations compliquées de la relativité, il est donc possible de voyager rapidement dans l'espace et le temps. Dans la pratique, utiliser les trous de ver pour voyager dans l'espace et le temps parait pour le moment irréalisable étant donné l'état de nos connaissances actuelles.

 

Un des premier soucis que nous aurions si nous voulions utiliser le "Pont Einstein-Rosen" serait de le trouver et de le garder ouvert. En effet, certains indices tendent à prouver qu'ils existent, mais seulement à l'échelle microscopique. Ils ne mesureraient que 10e-43 cm et disparaîtrait au bout de 10e-35 s pour cause d'instabilité structurelle.

Solution: en 1985, Kip Thorne de CalTech montra qu'il pouvait exister des trous de ver assez grand pour laisser passer un être humain ou même un vaisseau. La seule chose à maîtriser serait l'énergie négative si nous voulions en créer un nous même. En effet, la seule manière de maintenir ouvert un trou de ver serait de le tapisser d'une matière anti-gravitationnelle (aussi appelée "matière exotique"), ce qui produirait un champ anti-gravitationnel (énergie négative). Si un trou de ver existe dans l'univers, il est prévu qu'il soit composé en partie d'énergie négative. Cette énergie négative est nécessaire à la défocalisation à l'intérieur du trou de ver, c'est à dire du passage de rayonnements convergents à l'entrée, à des rayonnements divergents à sa sortie. Le puit gravitationnel  induit par la matière ordinaire (de masse positive) attire les objets environnants à l'entrée du trou noir et la matière exotique (de masse négative) expulse les objets à la sortie (fontaine blanche).

Vous suivez toujours?

 

Récemment en 1996, il a été mis en évidence expérimentalement un phénomène connu sous le nom d'effet Casimir. Cette effet est obtenu en imposant un fort champ électrique entre deux plaques séparés par le vide, le champs impose au vide une telle tension qu'il l'oblige à fluctuer jusqu'à ce qu'il donne naissance à des électrons. Ce qui revient à extraire de l'énergie du vide, celle ci ne pouvant être que négative. En extrapolant ce résultat expérimental à la gravitation on peut alors envisager que tout est encore possible en matière de création de champs anti-gravitationnel.

Pourtant ceux qui voudront maîtriser les trous de ver devront résoudre le problème de confiner de grandes quantités d'énergie négative dans des volumes extrêmement minces. La théorie des cordes pourrait être une solution à ce problème dans la mesure ou elle conçoit que de très fortes densités d'énergie sont réparties le long de lignes étroites, le problème est que tous les modèles de cordes cosmiques physiquement acceptables ont pour l'instant des densités d'énergie positive!

Deuxième "os": rentrer dans le trou noir sans être écrasé, étiré et finalement détruit car ayant été attiré vers droit sur la singularité centrale de densité infinie.

Solution: : En 1963, Roy Kerr bouscula le monde scientifique en apportant une solution à ce problème. Il prétendit que les trous noirs tournaient autour d'un axe central (tous comme le font les étoiles, il supposa alors qu'elles continuaient à tourner même après s'être effondrées). Ceci change absolument toutes les données du problème, il permet de définir un point par lequel il est possible de pénétrer dans un trou noir en toute sécurité. Comme dans l'oeil du cyclone, ce point serait dénué de toute gravitationnelle!

En 1988, M. Morris, K. Thorne et Ulvi Yurtsever ont proposé une machine à remonter le temps (rien que ça!) fondée sur les trous de ver, et leur article et très étudié depuis une dizaine d'années. En 1992, S. Hawking a cependant prouvé qu'une telle machine ne pouvait exister sans énergie négative.

 

Et si l'on pouvait fabriquer une machine capable de remonter le temps? Cette machine pourrait nous renvoyer dans le passé ramener des créatures préhistoriques pour les voir évoluer dans notre monde. Ce scénario digne de "Jurassic Park" serait en fait une véritable émission scientifique, expliquant le fonctionnement des dinosaures (nourritures, lieu de vie...) et les différentes théories sur leur mystérieuse disparition.

 

LES MONDES PARALLELES

A défaut de se promener dans les méandres du temps (comme Quinn Mallory dans Sliders, vous vous rappelez? ), essayons à présent les déplacements dans l'espace. Selon la mécanique quantique l'état d'une particule est non seulement inconnu mais aussi indéterminé jusqu'au ce qu'on la mesure: c'est le fameux principe d'incertitude d'un certain Heisenberg. C'est à ce moment précis qu'elle se retrouve avec une charge positive ou négative. Une des interprétations possibles suppose qu'a cet instant ou on mesure l'état de la particule l'univers se dédouble. Dans notre univers, la charge de la particule serait positive alors que dans l'univers parallèle cette dernière aurait une charge négative. A chaque instant se créeraient ainsi une multitude d'univers parallèles, déclinant tous les états de toutes les particules. Pour le physicien Michael Price "l'univers se dédouble à chaque processus thermodynamique irréversible".


Les principaux noms de la physique que l'on puisse citer en matière de théorie d'univers multiples sont Andrei Linde ou encore Hugh Everest. Selon eux, et en s'appuyant sur la théorie des cordes, il existerait donc une quasi-infinité d'univers parallèles au notre flottant dans ce qui est maintenant appelé un super-univers primitif. Tous ces univers bulle seraient nés des fluctuations quantiques de ce super-univers.

Le problème est qu'il n'est possible ni de voir, ni de détecter ces univers, et à priori encore moins possible de voyager entre ces univers comme dans la série TV Sliders! Ces univers n'ont probablement pas les mêmes lois physiques que le notre et sont de plus séparés du  notre par des distances s'exprimant en alignant quelques kilomètres de zéros. Ainsi pour prendre des exemples concrets, il existe certainement des univers où les électrons et les protons n'ont pas la même masse partout ou bien, plus que quatre dimensions, ou encore, où la flèche du temps est inversée (A ce propos, on peut signaler que des gens tels que Stephen Hawking  pensent que si un univers arrête son expansion et commence à se rétracter, le sens du temps s'inverse, son histoire se déroule à l'envers!).

 

 

Il existe certainement un univers où vous gagner au loto et des millions d'autres ou vous perdez! Cependant, certaines théories cosmologiques supposent qu'il est possible en certains points de ces univers (le notre y compris) il puisse se créer d'autre univers à partir de singularités . Pourquoi alors ne pas voyager à travers le trou de verpour découvrir d'autres univers?

 

LES UNIVERS JUMEAUX

Il semble à présent nécessaire de présenter plus en détail cette construction géniale due à l'esprit prolixe de Jean-Pierre Petit. Pour être précis, l'idée des univers jumeaux est, historiquement, due à Anatoly Sakharov. Mais le développement complet de la théorie est du à JPP.

On pourra trouver un exposé très clair de cette théorie dans le livre de JPP : On a perdu la moitié de l'univers . JPP a également publié sa théorie dans des revues scientifiques au top niveau (des revues a refferee, comme on dit) : Même si l'approche que j'en donne ici peut paraître simpliste, c'est une théorie fort sérieuse, avec équations et tout le toutim. De plus, comme tout bonne théorie scientifique, elle prédit des phénomènes nouveaux, qui pourraient être observés (et confirmer la théorie)... ou pas, et donc l'infirmer. Mais ceci est le cas de n'importe quelle théorie scientifique, par définition même...

POURQUOI DES UNIVERS JUMEAUX ?

Dans "Le Cinquième Monde", le personnage de Cécile Daurey n'est pas seulement une archéologue intrépide embarquée dans une histoire incroyable de coïncidences, elle est aussi "Chimra", La Gardienne. Gardienne de quoi?... Vous le saurez en lisant le tome 1, mais sachez que cela a un rapport avec les univers jumeaux et les voyages dans le temps.

La théorie des univers jumeaux est une solution au problème de la "matière sombre": La masse de l'univers semble être plus importante que celle de la seule matière visible (celle des étoiles et des nuages de poussière interstellaire). Elle donne également une solution à la question : pourquoi les galaxies ne tournent-elles pas en rond? Oui, pourquoi les vitesses mesurées de révolution des étoiles autour du noyau de leur galaxie sont-elles aberrantes ?

 


L'explication "classique" de ces phénomènes est que les galaxies sont environnées d'un nuage de matière "exotique", invisible, mais dont les effets gravitationnels se font sentir. De quoi serait faite cette "matière sombre" ? Là, mystère. On parle de particules exotiques, de super cordes, de monopoles magnétiques... Rien de tout ça ne tient vraiment la route.

Matière Sombre contre matière-Ombre

Au contraire, la théorie de JPP est cohérente, géométriquement simple, et ne fait pas appel à une physique inconnue. En voici le principe : il n'existerait pas un univers, mais deux : Nous vivons dans l'un de ces univers, et l'autre, l'univers jumeau, occupe le même espace tridimensionnel  mais nous est invisible. On verra plus loin pourquoi. JPP désigne la matière contenue dans l'univers jumeau sous le nom de matière-ombre.

Les deux univers sont fort semblables : Dans l'univers jumeau, il existe également de la matière et de l'antimatière (dans l'antimatière-ombre, pour être précis). Les lois physiques qui régissent cet univers jumeau sont les mêmes que celles de notre univers. (Mais il se pourrait que les constantes physiques y soient différentes, en particulier la vitesse de la lumière (mais si, c'est possible et ça ne contredit pas la relativité !)). Par exemple la gravitation dans l'univers jumeau est attractive, comme chez nous : deux particules (ou antiparticules) de matière-ombre s'attirent mutuellement.



Là ou les choses deviennent intéressantes, c'est que matière ordinaire et matière-ombre interagissent UNIQUEMENT par la gravitation : Les forces électromagnétiques entre particules de mantière-ombre n'ont aucune influence sur la matière ordinaire. Pour cette raison les photons-ombre émis par la matière-ombre nous sont invisibles : on ne peut détecter cette matière-ombre QUE par ses effets gravitationnels.

Mais l'idée géniale de JPP, c'est de postuler que "la constante de couplage" de l'interaction gravitationnelle entre les deux univers est négative : matière-ombre et matière ordinaire se repoussent mutuellement :

interaction gravitationnelle
matière ordinaire
matière-ombre
matière ordinaire (notre univers)
Attraction
Répulsion
matière-ombre (univers jumeau)
Répulsion
Attraction

Il est donc logique qu'il soit difficile, pour ne pas dire impossible, de mettre en évidence la matière-ombre dans une expérience de laboratoire sur terre : la matière-ombre "fuit" la matière ordinaire et en fait il ne doit pas en exister des masses à l'intérieur des galaxies : la matière-ombre se trouve en fait dans l'espace intergalactique, pour des raisons "historiques".

Des galaxies remplies de matière-ombre

En fait il faut imaginer que l'espace entre les galaxies est rempli de matière-ombre, mais que cette distribution contient d'immenses bulles vides à l'emplacement, précisément, des galaxies de notre univers :

Or il se trouve que les effets gravitationnels de ces "lacunes" de matière-ombre sont, du fait de la constante de couplage répulsive entre matière ordinaire et matière ombre, identiques aux effets qu'aurait un nuage plus ou moins sphérique de "matière sombre" (hypothétique) qui se trouverait dans la galaxie. On explique ainsi les vitesses anormales (observées) de révolution des étoiles autour du noyau de la galaxie, sans faire appel à une "matière sombre" exotique située dans notre univers, et dont on se demande bien de quelle particules non encore découverte elles pourrait bien être faite.

Au contraire, la matière-ombre, située dans l'univers jumeau, possède les mêmes caractéristiques physiques que la matière ordinaire : elle est vraisemblablement formée également d'atomes, de molécules, etc. Seulement pour des raisons géométriques, les objets matériels situés dans deux univers différents se repoussent entre eux, un point c'est tout.

 

 

Un univers jumeau où la flèche du temps est inversée

En réalité il pourrait bien s'agir du même cosmos, mais "replié" sur lui même, un "revêtement à deux feuillets" d'une surface quadridimensionnelle. Pour donner une image, l'univers serait semblable (en quatre dimensions) à une sorte de ruban de moebius replié sur lui-même : videmment, ici le ruban ne possède que deux dimensions...
Dans l'univers jumeau, la "flèche du temps" serait inversée. La matière-ombre serait ainsi de la matière ordinaire, passée à travers une "symétrie-T" (T pour temps), alors que l'anti-matière (ordinaire) possède une symétrie "PC" (parité et charge). Notons que le principe de "l'invariance PCT" reste valide...

 

Une solution logique à l'expansion de l'univers

Le modèle des univers jumeaux fournit en outre l'explication de la structure à très grande échelle de l'univers : Pourquoi les super-amas de galaxies semblent-ils regroupés en longs "filaments" séparés par des vides immenses, comme si l'univers était fait de gruyère ?

Très simplement : l'ensemble matière + matière-ombre est naturellement instable, et l'une ou l'autre de ces deux matières tend à se regrouper en amas sphériques, tandis que l'autre tend à former un gruyère dont les trous contiennent l'autre matière. Ce n'est pas simplement une idée, ni même une simulation informatique, mais cela peut être prouvé analytiquement. L'univers a la forme qu'il a parce qu'il DOIT avoir cette forme. Attention : je parle de la forme GLOBALE de l'univers, à l'échelle des super-amas de galaxies, s'étendant sur des centaines de millions d'années lumière, et pas de la forme locale, à l'échelle des galaxies, où c'est exactement l'inverse qui se passe).

Pourquoi est-ce dans notre univers que s'est créée la forme "gruyère", tandis que dans l'univers jumeau, la matière semble regroupée en immenses amas sphériques ? Tout simplement parce que c'est dans celui-ci que nous vivons. Si des créatures intelligentes existent dans l'univers jumeau, elles doivent se poser la question inverse.

De plus, la théorie des univers jumeaux donne une solution élégante à l'expansion de l'univers, sans utiliser la constante cosmologique. JPP en donne une image très claire : Imaginons que, peut de temps après le big bang, matière ordinaire et matière-ombre étaient spatialement très proches l'une de l'autre. Du fait de l'effet de répulsion entre ces deux formes de matière, l'ensemble doit se dilater. Si l'espace n'avait qu'une dimension, ce serait comme si matière et matière-ombre étaient des patins à roulettes, alternés, et portant chacun des aimants répulsifs : chacun repoussant l'autre, l'ensemble se dilate. Limpide !

Des preuves ?...

La théorie des univers jumeaux peut être prouvée par l'observation, mais ces observations sont extrêmement difficiles et il faudra des grands télescopes spatiaux pour y arriver. En effet, JPP indique qu'il doit exister des "anomalies" dans la mesure de la constante de Hubble, et que celle-ci doit varier a peu près sinusoidalement autour de la valeur moyenne en fonction de la distance (dans une direction donnée). Il devrait donc exister un grand nombre de galaxies "anormales", dont le décalage vers le rouge (red shift) ne correspond  pas bien avec celui qui serait calculé avec une vraie constante.  Pour mesurer cela, il faudrait connaître la distance vraie de galaxies très éloignées, en la mesurant par une autre méthode que celle du red shift (par exemple en y observant des étoiles "céphéïdes", étoiles variables dont la période est corrélée avec la luminosité vraie) : très délicat, en vérité.

Mais il y a plus simple : si on pouvait observer des couples de galaxies partiellement masquées l'une par l'autre, alors il serait évident que l'une d'elles serait plus éloignée : si par hasard cette dernière présentait un décalage vers le rouge moindre que celui de la galaxie la plus proche, on aurait un exemple flagrant de "red shift anormal" Et justement le "catalogue d'anomalies" établie par l'astronome Arp recense des dizaines de cas semblables... et pour le moment inexpliqués : Alors, c'est pas une preuve, ça ?.

 

http://www.cote-bleue.eu/web5/les%20voyages%20temporels.html

Publié dans Espace-Temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article